tutelles et partenaires

Rechercher




Accueil > Comptes rendus du CS > CS du 20 au 22 novembre 2018

Minutes de la réunion du CS de PCMI des 20, 21, et 22 novembre 2018 à Paris

par webmaster - publié le

* Présents : P.Theule, D.Talbi, J.Pety, L.Margules, F.Lique, F.Levrier, R.Lallement, E.Josselin, A.Hughes, J.C.Guillemin, P.Gratier, F.Galliano, A.Faure, J.H.Fillion, K.Demyk, G.Danger, L.Biennier, O.Berne, A.Belloche, N. Ysard

* Les tutelles de PCMI ont été invitées. A.Decourchelle, T.Huet, M.Perault ont représenté le CEA, l’INP, et l’INSU mardi 20 novembre au matin. C.M.Pradier, DAS INP, et P.Laudet, thématicien CNES, n’ont pu se joindre à nous.

TABLE DES MATIERES

1. Messages de l’INP
2. Messages de l’INSU
3. Messages du CEA
4. Mission interdisciplinaire du CNRS
5. Accès aux journaux
6. Présentation des comptes de PCMI : Bilan 2018
7. Présentation des comptes de PCMI : Prévisions 2019
8. Informations sur les appels d’offre 2018 et 2019
9. Prospective PCMI
10. Colloque bisannuel PCMI 2018 : Marseille
11. Colloque bisannuel PCMI 2020 : Le Havre du 06 au 10 juillet 2020
12. PCMI et la semaine de la SF2A
13. Atelier sur les glaces en 2019
14. Une école PCMI-PNCG en 2019
15. Campagne de labellisation des services d’observation

1. Messages du l’INP

- L’INP réaffirme son soutien à PCMI qui est un programme interdisciplinaire qui fonctionne bien. En conséquence, le financement pour 2019 est maintenu au niveau de 2018 (30 keuros).
- L’INP se réjouit de voir à nouveau un membre d’une unité INP rejoindre le comité de direction de PCMI.
- L’INP rappelle que son soutien vise l’ensemble des unités dont elle a la charge en tant que tutelle principale, sous réserve de l’évaluation scientifique des projets par le CS.
- L’INP a récemment affecté plusieurs CRCN de section 04 dans des unités qui travaillent sur les thématiques PCMI.
- Le programme fonctionnant bien, il est maintenant important de se (re-)positionner dans les appels d’offre européens qui visent à structurer les communautés, notamment sur le thème de l’astrophysique de laboratoire.

2. Messages de l’INSU

- PCMI, programme interdisciplinaire particulièrement cher au domaine Astronomie-Astrophysique (AA) de l’INSU, tout en capitalisant sur les expertises très complémentaires des différents instituts participants, doit continuer à servir des thématiques de recherche mobilisatrices de chacun de ces instituts, condition de son maintien à long terme dans son cadre pluridisciplinaire.
- L’INSU-AA commence son exercice de prospective. La composition et le mandat des groupes de travail sont en cours de finalisation. Des questionnaires à destination de la communauté sont en préparation. Ils devraient être envoyés mi-décembre aux directeurs d’unité avec un retour attendu mi-février (délai reporté au 31 mars à la date d’édition de ce compte-rendu, sauf pour le groupe R&D le 10 mars). Le colloque de prospective (participation sur invitation) aura lieu en novembre 2019 et le document de synthèse sera finalisé début 2020.
- En parallèle, l’INSU lance un exercice de prospective commun aux 4 départements (astronomie & astrophysique, océan-atmosphère, surface continentales, terre interne). Cet exercice de prospective, organisé autour de grands défis thématiques, est porté par les observatoires de l’INSU pour réaffirmer leur rôle et pour assurer une réflexion transversale au sein de l’INSU.

3. Messages du CEA

- Le CEA/Irfu réaffirme son soutien au programme PCMI. L’Institut de Recherche sur les lois fondamentales de l’Univers (Irfu) contribue au financement du PCMI depuis 2018. Il maintient sa dotation au niveau de 5 k€.

4. Mission interdisciplinaire du CNRS

- La mission interdisciplinaire (MI) du CNRS a été renommée Mission pour les Initiatives Transverses et Interdisciplinaires (MITI).
- Bien qu’intrinsèquement interdisciplinaire, la communauté PCMI n’émarge pas suffisamment aux appels d’offre de la MITI. Les équipes établies de PCMI doivent profiter des évolutions de leur activité de recherche en les présentant sous la forme de projets innovants, et non comme une évolution naturelle.
- Le CS de PCMI va effectuer une veille sur les futurs appels d’offre en vue de faire un effort particulier (ciblé) pour alerter la communauté.

5. Accès aux journaux

- L’accès aux journaux payants reste difficile pour une communauté interdisciplinaire telle que PCMI car le service en charge des abonnements au CNRS ouvre les accès d’abord en fonction du rattachement principal des unités. La solution consiste à faire une demande explicite auprès des Directeurs Adjoints Scientifiques des différents instituts. La direction de PCMI va faire une liste d’ici le printemps 2019.
- Il est noté que la loi française encourage maintenant à mettre les articles en libre service sur HAL après le respect d’un embargo de 6 mois.
- Par ailleurs, la plupart des articles d’astronomie et d’astrophysique peuvent être consultés sur arXiv.

6. Présentation des comptes de PCMI : Bilan 2018

- Pour l’année 2018, la dotation PCMI a été de 191.3 keuros : l’INSU a versé 75 keuros, le CNES 36 keuros, le CEA 5 keuros, l’INP 30 keuros, et l’INC 20 keuros. Par ailleurs, le CNES a de nouveau fléché des crédits pour l’exploitation de Gaia et la préparation de JWST à répartir entre les différents programmes nationaux. PCMI s’est vu attribuer 6.2 et 19.1 keuros respectivement.
- A ceci, il faut ajouter 2 keuros de reliquat de fonctionnement 2017 (voir minutes du CS de 2017) ce qui a permis d’alleger le coût du colloque de PCMI sur le budget 2018.
- Sur cette somme, le CS a réservé 7.5 keuros pour le fonctionnement du programme en 2018 et 5 keuros pour l’organisation du colloque PCMI 2018. Le CS a donc distribué 178.8 keuros pour financer l’appel d’offre 2018. 52 PIs ont demandé 471.2 keuros à cet appel d’offre, impliquant un taux de pression de 2.6 en P0.
- Les dépenses de fonctionnement se sont réparties comme suit :
+ Environ 6.5 keuros pour l’organisation du CS de PCMI en novembre 2018.
+ 1.0 keuros pour la rencontre du bureau de PCMI avec le DAS de l’INP à Paris en mai 2018.

7. Présentation des comptes de PCMI : Prévisions 2019

- L’INSU versera 75 keuros, le CNES 32.4 keuros en P0 et 3.6 keuros en P1 (crédits incertains), le CEA 5 keuros, l’INP 30 keuros, et l’INC 16 keuros en P0 et 4 keuros en P1 (crédits incertains). Par ailleurs, le CNES a de nouveau fléché des crédits pour l’exploitation de Gaia (30 keuros) et la préparation de JWST (30 keuros) à répartir entre les différents programmes nationaux au pro-rata de la pression. PCMI s’est vu attribuer 4.0 et 16.0 keuros respectivement.
- Les crédits versés par les tutelles au PN PCMI pour 2019 sont donc de 178.4 keuros en P0 et 7.6 keuros en P1. Sur cette somme, le CS a réservé 12.6 keuros de fonctionnement en 2019. Cette réserve de fonctionnement est plus importante que les autres années pour permettre de financer la participation de la direction de PCMI à l’exercice de prospective INSU-AA. Le CS a donc distribué 165.8 keuros en P0 et 7.6 keuros en P1.
- 65 PIs ont demandé 498 keuros lors de l’appel d’offre 2019. Cela s’est traduit par un facteur de pression de 3.0 en P0 et 2.9 en P0+P1.
- Nous rappelons que le premier critère d’attribution de crédits à un projet est son excellence scientifique. L’appartenance à un labo ou un institut particulier n’est pas un critère discuté lors de l’examen des demandes. La direction de PCMI fait cependant in fine attention à ce que les différents financeurs aient le retour légitime qu’ils attendent sur plusieurs années.
- Fin janvier 2019, les crédits P1 de l’INC et du CNES ont été confirmés. Le CNES a même allongé sa dotation à PCMI de 4.5 keuros. En tenant compte de cette augmentation, l’ensemble des crédits P1 confirmés se montent à 12.1 keuros de crédits. Il ont été attribués à 11 projets conformément à la liste de priorité établie pendant la réunion du CS.

8. Informations sur les appels d’offre 2018 et 2019

- Nous rappelons que le CS examine la qualité scientifique des demandes et non le travail général d’un groupe. C’est la conséquence du fait que PCMI est une "action sur projets". Par ailleurs, le facteur de pression étant élevé, tout défaut de la demande est relevé. La qualité de la rédaction d’une demande devient donc un critère incontournable d’évaluation.
- Les demandes de soutien aux ateliers, écoles, et colloques sont en augmentation : en 2019, cela représente 6% des crédits demandés. L’analyse faite par le CS est que le soutien aux conférences internationales organisées hors de France est difficilement justifiable car il est impossible de garantir que les crédits attribués reviendront à la communauté française (par exemple, sous la forme d’aides aux étudiants). Par contre, le soutien aux écoles formant la communauté française aux thèmes scientifiques de PCMI et celui aux ateliers structurant la communauté font partie du mandat du PN. Pour cela, il faut que les écoles et ateliers soient ouverts à l’ensemble de la communauté PCMI. Et les demandes de soutien financier aux écoles, conférences et ateliers doivent faire l’objet de demandes de crédits dédiées, séparées des demandes concernant les projets scientifiques. Cela permettra au CS d’examiner ensemble les demandes de soutien aux conférences et ateliers. Toute demande d’école ou d’atelier ouvert à la communauté au milieu d’une demande scientifique ne sera pas considéré pour l’AO 2020. Cela ne concerne bien sûr pas les demandes de réunion de travail (par exemple atelier de préparation des appels à observation au sein de consortium) car elles sont naturellement liées aux projets scientifiques. Une phrase sera ajoutée en ce sens dans le prochain texte de l’appel d’offre.
- Il est noté que si de plus en plus de demandeurs justifient correctement de l’utilisation des crédits reçus antérieurement (l’absence de justification étant une faiblesse notée lors de l’examen de la demande), seules quelques demandes indiquent les soutiens de base (dont le niveau varie d’un institut à l’autre) ou les crédits reçus sur d’autres types de contrat (ANR, DIM-ACAV, autres types de contrats regionaux). Le manque d’information peut créer un biais lors de l’examen des demandes, même si le CS essaie de l’éviter.
- Bien qu’une phrase ait été ajoutée dans l’appel d’offre 2018 PCMI pour inciter les porteurs à bien renseigner le personnel technique et les collaborateurs exterieurs impliqués dans les projets dans les tableaux de personnel, cela n’a pas été suivi d’effet. Une phrase à ce propos sera ajouté dans le message de notification des crédits PCMI pour 2019.

9. Prospective PCMI

- Le mandat actuel du PN s’achève fin 2018. PCMI a présenté à ses tutelles un document de bilan pour la période 2013-2018 et de prospective pour le quinquennat 2019-2023. Cette proposition a été présentée à la commission spécialisée astronomie et astrophysique de l’INSU le 27 novembre 2018. Le programme a été renouvelé à cette occasion. Le document final sera mis sur le site web de PCMI dès que possible.
- L’INSU-AA souhaite phaser le calendrier de renouvellement de l’ensemble des PNs sur ses exercices de prospective quinquenaux. Il est donc demandé que, pour une prospective INSU ayant lieu l’année N (cad, débouchant fin 2024), les PNs fassent leur prospective l’année N-1 (présentation en Mai 2023) et soient renouvelés l’année N+1 (fin 2025).
- Le document de prospective sera complété par un panorama exhaustif de la communauté PCMI sous la forme d’un annuaire web des équipes/projets PCMI, qui permettra une plus grande visibilité de la communauté PCMI.
+ Deux fiches types (soit équipe, soit projet) ont été mises au point par le CS, puis distribuées à la communauté dans la première moitié de 2018. Quarante-cinq fiches ont été reçues. Au cours de l’hiver 2019, les fiches actuelles seront envoyées à la newsletter de PCMI sous la forme d’un document unique avec la possibilité pour les groupes retardataires de compléter s’ils le souhaitent.
+ L’annuaire ainsi constitué constituera une photo de la communauté PCMI en 2018. Il pourrait être maintenu régulièrement (au minimum à chaque exercice de prospective).
+ Les modalités de transfert des fiches sur la page web du programme sont à l’étude.
- Le document de prospective sera aussi complété par une bibliographie pour la période 2013-2018. La première version de cette liste a été établie à partir du service ADS à l’aide de la liste des personnes qui recoivent la newsletter de PCMI. Elle est en cours de vérification par le CS. Elle sera mise à la disposition de la communauté début 2019 pour la compléter si nécessaire.

10. Colloque bisannuel PCMI 2018 : Marseille

- Le colloque de 2018 a eu lieu à Marseille les 25-29 juin.
Voir https://pcmimarseille18.sciencesconf.org/
- Le LOC a été géré par P.Theulé et G.Danger. Il était composé de F.Borget, T.Chiavassa, I.Couturier, G.Danger, F.Duvernay, M.Minissale, N.Pietri, N.Bonifay, M.-P.Carvin, et E.Paroutaud au PIIM, C.Gry, et O.Mousis au LAM, et D.Ferri, et P.Parent, au CINAM.
- La gestion rigoureuse du budget du colloque 2018 à Marseille a permis d’obtenir un excédent de 8.4 keuros. Cet excédent sera entièrement attribué à l’organisation du colloque 2020 au Havre (Voir point ci-dessous). La communauté PCMI remercie grandement G.Danger, P.Theulé, le LOC, et le PIIM pour avoir permis ce transfert, qui allègera de façon substantielle le facteur de pression à l’AO 2020.
- Le programme scientifique a été constitué des éléments suivants :
+ Il y a eu 13 présentations invitées et 24 présentations contribuées (sur 67 reçues).
+ Une session de deux heures a été dédiée à la présentation et à la discussion de la prospective pour la période 2019-2025. Cela a nourri de nombreux débats pendant le colloque. Les commentaires de la communauté ont été pris en compte dans le document final délivré mi-novembre 2018 (cf. point ci-dessus).
+ Une visite des manipes du PIIM a été bien suivie par la communauté.
+ Le format des ateliers organisés par des membres de la communauté a été reconduit. Les quatre ateliers suivants ont été organisés :
o Databases in astrochemistry, proposé par A.Faure (IPAG) et P.Gratier (LAB).
o Dust from the diffuse ISM to protoplanetary discs : where do we stand ? Proposé par B.Commerçon (CRAL), G.Laibe (CRAL), M.-A.Miville-Deschênes (CEA) et N.Ysard (IAS).
o New Perspectives in Millimeter Astronomy with IRAM telescopes, proposé par F.Boulanger (LERMA), M.Gerin (LERMA), G.Lagache (LAM), R.Moreno (LESIA).
o Primordial Chemistry, proposé par Y.Scribano (LUPM), A.Faure (IPAG) et D.Puy (LUPM).
- Les sessions communes ont eu lieu en anglais, ce qui a permis aux étudiants et post-docs non-francophones de suivre facilement. Les transparents de la présentation de la prospective étaient en anglais mais la présentation et les discussions ont eu lieu en français pour favoriser la discussion sans barrière de langue.

11. Colloque bisannuel PCMI 2020 : Le Havre du 06 au 10 juillet 2020

- F.Lique a accepté d’organiser le colloque au Havre en 2020.
- Date du colloque : du 06 au 10 juillet 2020.
+ Les colloques de Rennes (2014) et Lille (2016) ont eu lieu aux vacances de Toussaint pour permettre l’utilisation d’amphithéatres d’université.
+ Celui de Marseille a été avancé à fin juin 2018 pour permettre de discuter de l’exercice de prospective quelques mois avant de défendre le renouvellement devant les tutelles.
+ Cela a aussi permis de répondre à une demande d’une partie de lacommunauté qui souhaite utiliser le colloque pour discuter de nouveaux projets à soumettre à l’appel d’offre de l’année courante. De fait, de nouveaux projets ont été soumis à l’AO 2019 sur des thèmes qui ont soit été discutés pendant les ateliers, soit mis en avant dans la présentation de prospective du programme.
+ Plusieurs inconvénients ont été notés : 1) le colloque a eu lieu pendant les soutenances de stage de plusieurs masters 2 (dont le master d’astrophysique de Paris) ; 2) les examens ne sont pas forcément complètement terminés dans les universités françaises ;
3) le début d’été est une période intense de conférences internationales (avec un risque plus fort de collision) car les cours sont terminés dans de nombreuses universités.
+ Au vu des avantages et des inconvénients, le CS a décidé de programmer son colloque début juillet 2020 avec une nouvelle évaluation de la date fin 2020 pour le colloque de 2022. Le CS a aussi décidé de fixer la date du colloque immédiatement pour essayer d’éviter une possible collision avec la SF2A.
- Ateliers parallèles :
+ Les ateliers proposés en 2016 et 2018 ont permis de faire émerger des dynamiques nouvelles dans PCMI. C’est probablement lié au fait que les formats évoluent vers des sessions de discussions ouvertes. A ce titre, les ateliers ont pleinement rempli leur rôle. Ils seront donc renouvelés en 2020.
+ Le fait d’avoir des ateliers en parallèle a des avantages et des inconvénients :
o Cela permet à une sous-partie de la communauté d’avoir des discussions plus pointues.
o Cela rend parfois le choix de l’atelier à suivre difficile pour certains membres de notre communauté. La décision sera prise à la prochaine réunion du conseil scientifique en fonction du nombre de propositions d’ateliers reçues de la communauté et/ou issues du conseil.
+ Le calendrier 2018 (deadline de soumission des propositions d’ateliers identique à la date limite de soumission des propositions de contributions orales) a complexifié la gestion par le CS. Pour le colloque 2020, l’appel à idée d’atelier sera ouvert en septembre 2019 et clos en octobre 2019 pour permettre au CS d’être force de proposition en cas de déficit de propositions.
- Le programme du colloque est dense. C’est la conséquence de la difficulté de gérer un facteur de pression important sur les contributions orales. Ce facteur de pression indique que le colloque joue bien son rôle de lieu de rencontre de la communauté. Pour alléger le programme, il est proposé que le temps consacré à la prospective en 2018 soit complètement libéré en 2020.

12. PCMI et la semaine de la SF2A

- La semaine de SF2A se déroulera du 14 au 17 mai à Nice.
- En 2018, Anaelle Maury a représenté les thématiques de PCMI dans les sessions plénières avec un exposé sur "Rôles et propriétés des champs magnétiques depuis les nuages moléculaires jusqu’aux disques protoplanétaires : observations et modèles". Voir : http://sf2a.eu/semaine-sf2a/2018/presentations/S00/SF2A-MagneticFields-Anaelle-public.pdf
- En 2019, Pierre Lesaffre représentera à son tour les thématiques de PCMI avec un exposé sur l’apport des simulations numériques aux recherches sur le MIS.
- En 2018, PCMI a organisé l’atelier "La complexité moléculaire dans le milieu interstellaire" . Le SOC/LOC était assuré par L.Margulès, F.Lique et O.Berné. Voir : http://sf2a.eu/semaine-sf2a/2018/workshop_page.php?lang=fr&workshop=La%20Complexit%C3%A9%20Mo%C%A9culaire%20dans%20le%20Milieu%20Interstellaire&workshop_code=S01
- PCMI proposera pour la SF2A 2019 un atelier généraliste dont l’objectif est de permettre aux plus jeunes de notre communauté (étudiants en thèse et post-docs) de présenter leur recherche actuelle. E.Josselin et O.Berné porteront la demande auprès de la SF2A et seront responsables du LOC et du SOC.
- En outre, PCMI co-organisera avec l’ensemble des PNs un atelier sur les enjeux scientifiques de l’ELT. K.Demyk et E.Habart représenteront PCMI dans le SOC de cet atelier.

13. Un atelier sur les glaces en 2019

- Suite au succès de l’atelier astrostatistique de juin 2018, le CS va continuer d’organiser des ateliers sur des thèmes transverses.
- En 2019, il est proposé d’organiser un atelier sur les glaces en collaboration avec le GDR Edifices Moléculaires Isolés et Environnés.
- L’objectif est de réunir pendant 2 jours l’ensembles des groupes de PCMI qui travaillent sur les glaces (expérimentateurs, théoriciens, modélisateurs, mainteneurs des bases de données) pour discuter des directions à prendre dans les prochaines années. Par exemple : y-a-t-il des systèmes modèles de glaces interstellaires ? Est-il possible de modéliser les expériences de laboratoire avec les codes de chimie utilisés pour modéliser les observations astrophysiques ? Etc...
- Il s’agit aussi de présenter les problématiques de la modélisation des glaces amorphes aux communautés de l’INP et l’INC qui pourraient être intéressées.
- Le SOC sera animé par A.Markovits et G.Feraud pour PCMI.

14. Une école PCMI-PNCG en 2020 ou 2021

- PCMI a la volonté d’organiser des écoles sur les thématiques aux interfaces avec les autres programmes nationaux et en lien avec les thématiques en physique et en chimie liées à PCMI. Ces écoles s’adressent aux doctorants, post-doctorants et jeunes chercheurs en astrophysique, physique et chimie. PCMI a participé à l’organisation de l’école « Astrochemistry : From space to Earth » à Grenoble en 2016 et de l’école « Chronologie de la formation du système solaire » aux Houches en 2017 (avec le PNP).
- PCMI propose de co-organiser une école sur les relations entre le milieu interstellaire, milieu circum-galactique et évolution des galaxies. La direction de PCMI PCMI va prendre contact avec la direction du PNCG pour en discuter.

15. Campagne de labellisation des services d’observation

- En prévision du lancement par l’INSU-AA de la campagne de labellisation des services d’observation fin 2018 et dont les résultats seront connus au printemps 2019, le CS de PCMI a invité les groupes qui l’ont contacté courant 2018 à faire une présentation de leur proposition.
- P.Hennebelle a présenté la réflexion en cours par le groupe HPC de l’INSU-AA pour faire labelliser des codes communautaires comme c’est déjà le cas dans la section Océan-Atmosphère de l’INSU. Les raisons principales sont :
+ Le grand niveau de technicité et la nécessité de réécriture des codes actuels que requiert le passage du pétascale à l’exascale.
+ La nécessité de reconnaître les efforts des personnes qui développent les nouveaux codes pendant plusieurs années, puis les maintiennent sur le long terme. Pour commencer, il est proposé de faire labelliser le code RAMSES pour lequel la communauté française est leader du developpement et qui est utilisé dans de nombreuses applications astrophysiques. Après discussion, le CS de PCMI encourage le groupe HPC à continuer sa réflexion autour de cette proposition.
- C. Joblin a présenté la réflexion en cours sur le développement et une possible demande de labellisation des bases de données théoriques et expérimentales sur les PAHs.
+ La base de données théoriques (http://astrochemistry.oa-cagliari.inaf.it/database/) contient les propriétés (structure, niveau d’énergie) de l’état fondamental, les spectres électroniques et vibrationels calculés pour plus de 40 PAHs. Elle est en partie interfacée avec VAMDC.
+ La base de données expérimentales est en développement. Elle rassemble les données physiques issues des expériences PIRENEA(1&2), AROMA, et ESPOIRS : spectroscopie UV-VIS-IR, spectrométrie de masse et identification, taux de dissociation et rapports de branchement.
+ Une possible demande de labellisation serait d’abord motivée par le besoin de support technique pour maintenir et développer la base de données et envisager son interfaçage avec VAMDC sur le long terme.